Luis Rubiales suspendu  de toutes activités footballistiques pendant 90 jours après avoir embrassé une joueuse

Luis Rubiales suspendu  de toutes activités footballistiques pendant 90 jours après avoir embrassé une joueuse

_Le président de la Fédération Espagnole  Football, Luis Rubiales est suspendu de toutes activités footballistiques pendant 90 jours. Cette décision a été prise par le comité disciplinaire de la FIFA, après que le président Luis Rubiales a embrassé la joueuse Jenni Hermoso sur la bouche lors de la cérémonie de remise des médailles d’or à l’équipe nationale espagnole, provoquant ainsi un scandale dans le monde du ballon rond. Ce qui aurait pu être une célébration mémorable s’est transformé en une polémique mettant à nu les enjeux de genre et le leadership au sein de l’instance dirigeante du football espagnol.

Le 21 Août 2023 dernier, lors de la cérémonie de remise des médailles d’or à l’équipe nationale espagnole, fraîchement couronnée championne du monde, l’ambiance était à l’euphorie. Cependant, l’instant de joie s’est transformé en controverse lorsque le président Luis Rubiales  a embrassé Jenni Hermoso sur la bouche. Dans les heures qui ont suivi, les réseaux sociaux se sont enflammés, et la vidéo de l’incident est rapidement devenue virale.

Six jours plus tard, le comité disciplinaire de la FIFA a suspendu Luis Rubiales de toutes activités footballistiques pour une durée de 90 jours en attendant une enquête pour déterminer sa culpabilité.

 Un dossier à rebondissement 
Dans un premier temps, la réaction de Luis Rubiales était celle de l’excuse. Il a présenté ses regrets pour son geste impulsif, le qualifiant de “moment de célébration exubérante”. De son côté, Jenni Hermoso a minimisé l’incident, déclarant que le baiser était le résultat de l’excitation du moment et que les intentions du président n’étaient pas malveillantes.

« C’était un geste mutuel totalement spontané à cause de l’immense joie que procure un titre en Coupe du Monde. Le président et moi avons une excellente relation, son comportement avec nous tous a été exceptionnel et c’était un geste naturel d’affection et de gratitude. »

Même son de cloche pour la maman de Jenni Hermoso, Marisol Fuentes, le baiser du président de la fédération espagnole à sa fille est sans importance.
« 𝗜𝗹 𝗳𝗮𝘂𝘁 𝗿𝗲𝗴𝗮𝗿𝗱𝗲𝗿 𝗾𝘂’𝗲𝗹𝗹𝗲𝘀 𝘀𝗼𝗻𝘁 𝗱𝗲𝘀 𝗰𝗵𝗮𝗺𝗽𝗶𝗼𝗻𝘀 𝗱𝘂 𝗺𝗼𝗻𝗱𝗲, 𝗹𝗲 𝗿𝗲𝘀𝘁𝗲 𝗻’𝗮 𝗽𝗮𝘀 𝗱’𝗶𝗺𝗽𝗼𝗿𝘁𝗮𝗻𝗰𝗲 »

Le revirement
Cependant, l’affaire a pris une tournure inattendue lorsque des organisations féminines ont réagi avec indignation. Les défenseurs des droits des femmes ont dénoncé ce geste comme étant une manifestation du sexisme persistant dans le monde du sport. Les actions de Luis Rubiales ont été qualifiées de non-professionnelles et inappropriées, renforçant les inquiétudes quant à la place des femmes dans le football. Le Ministre des Sports, Miquel Iceta, exige quant à lui des excuses de la part de Luis Rubiales :

Jenni Hermoso a depuis changé de version:
« Je ressens le besoin de dénoncer ce qu’il s’est passé, car je considère qu’aucune personne, dans n’importe quel environnement professionnel, sportif ou social, ne doit être victime de ce type de comportement non consenti. 𝗝𝗲 𝗺𝗲 𝘀𝘂𝗶𝘀 𝘀𝗲𝗻𝘁𝗶𝗲 𝘃𝘂𝗹𝗻𝗲́𝗿𝗮𝗯𝗹𝗲 𝗲𝘁 𝘃𝗶𝗰𝘁𝗶𝗺𝗲 𝗱’𝘂𝗻𝗲 𝗮𝗴𝗿𝗲𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻, 𝘂𝗻 𝗮𝗰𝘁𝗲 𝗶𝗺𝗽𝘂𝗹𝘀𝗶𝗳, 𝗺𝗮𝗰𝗵𝗶𝘀𝘁𝗲, 𝗱𝗲́𝗽𝗹𝗮𝗰𝗲́ 𝗲𝘁 𝘀𝗮𝗻𝘀 𝗮𝘂𝗰𝘂𝗻 𝘁𝘆𝗽𝗲 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗻𝘀𝗲𝗻𝘁𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗱𝗲 𝗺𝗮 𝗽𝗮𝗿𝘁. Je n’ai tout simplement pas été respectée. »

Face à ces critiques grandissantes, le président Rubiales a adopté une position de défiance envers les appels à sa démission. Il a publiquement réfuté les accusations de sexisme et a qualifié la réaction de “politiquement motivée”. 
Luis Rubiales : “Le désir que je pouvais avoir sur ce bisou avec Jenni était le même que celui que j’aurais pu avoir en donnant un bisou à mes filles. Il était consenti et spontané.”

Devant les membres de la fédération, sélectionneurs y compris, il fit une déclaration de poigne chaudement applaudis par ces derniers: ” No voy a demitir” (Je ne démissionnerai pas en espagnol). Pour joindre l’acte à la parole, il entraîna avec lui, toute la fédération. En effet,  la Fédération espagnole 𝘃𝗲𝘂𝘁 𝗽𝗼𝘂𝗿𝘀𝘂𝗶𝘃𝗿𝗲 𝗲𝗻 𝗷𝘂𝘀𝘁𝗶𝗰𝗲 Jenni Hermoso pour ses commentaires sur Luis Rubiales.

En cause notamment, le passage où Jenni Hermoso explique: “en aucun cas je n’ai cherché à élever le président”. La RFEF veut s’appuyer sur des photos pour “prouver” que la joueuse a menti. La fédération explique également que les joueuses auront l’obligation de porter le maillot de l’équipe nationale si elles sont sélectionnées.

Cette résistance à admettre toute faute a suscité encore plus de colère et de frustration parmi les partisans du football féminin et les défenseurs de l’égalité des sexes. Les joueuses font front commun et exigent la démission de Rubiales et boycottent momentanément la sélection. Un mouvement qui a reçu l’appui de plusieurs figures du football espagnol comme Hector Bellerin (joueur du Betis), Xavi (entraîneur du FC Barcelone), Iniesta (joueur de Kobe).

Alors que le débat fait rage, la question centrale reste de savoir si la Fédération Espagnole de Football prendra des mesures concrètes pour résoudre ce différend. Démuni de staff technique et de joueuses, le sélectionneur de la Rojita devra trouver des solutions pour les prochaines échéances.

À mesure que l’affaire évolue, l’attention se tourne vers les instances dirigeantes du football espagnol pour prendre des mesures appropriées. La question du genre, du respect et du leadership est au cœur de ce scandale qui secoue la Fédération Espagnole de Football. Une chose est sûre, l’issue de cette affaire aura des répercussions durables sur l’avenir du football espagnol et la façon dont il aborde les questions sensibles de genre et d’égalité.

Rodney Zulmé

Publishing Team

https://telemix.tv/

Related post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *