L’organisation féministe Marijàn lance 16 jours d’activisme contre la violence sur le genre

L’organisation féministe Marijàn lance 16 jours d’activisme contre la violence sur le genre

Dans un communiqué de presse, l’organisation féministe MARIJÀN informe la population, d’une campagne de 16 jours contre la violence basée sur le genre. Le thème retenu pour l’édition 2023 est « Tous Unis, d’ici à 2030, pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes ».

Selon le communiqué de presse, les organisations féministes et groupements de femmes à travers le monde se mobiliseront pour lancer la campagne annuelle des 16 jours d’activisme contre la violence basée sur le genre le samedi 25 novembre 2023. Cette campagne s’étendra jusqu’au 10 décembre 2023. Organisée annuellement, elle vise à dénoncer les violences faites aux femmes et aux filles et à exhorter les gouvernements à prendre des mesures concrètes pour mettre fin à la violence à leur égard.

L’organisation souligne que l’État haïtien a la responsabilité d’assurer la sécurité sur son territoire et de protéger la population contre le déplacement forcé et la violence des gangs conformément à ses obligations constitutionnelles et internationales. Il est également souligné que la protection contre toute atteinte aux droits fondamentaux, incluant notamment le droit à la vie et à l’intégrité physique, doit être effective et s’exercer même au bénéfice des citoyens, des femmes et des filles, forcés de quitter leur domicile en raison de la violence armée.

La montée en puissance des gangs armés en Haïti a des conséquences graves sur les femmes et les filles. En effet, de nombreuses femmes et filles sont contraintes de quitter leur domicile pour fuir la violence des gangs. Le communiqué mentionne que depuis plusieurs années, Haïti fait face à de multiples défis résultant de la montée en puissance des gangs armés et de l’afflux concomitant de personnes déplacées internes, parmi lesquelles des femmes et des filles.

Marijàn cite également un rapport du Réseau National des Droits Humains (RNDDH) selon lequel, au dernier trimestre 2022, près de 10 000 personnes ont dû fuir leur domicile en raison des actes de violence. Les gangs armés à Croix des Bouquets ont également engendré de graves violations des droits humains. Du 24 avril au 6 mai 2022, des bandits armés ont fait un carnage à la plaine du Cul-de-Sac, ayant coûté la vie à 191 personnes parmi lesquelles 76 femmes et 8 mineures. Au moins 19 femmes ont été violées, dont certaines ont ensuite été assassinées. La population s’est réfugiée sur des places publiques, sans assistance de l’État.

Marijàn exhorte les autorités haïtiennes à adopter une stratégie pérenne et viable propre à éliminer les causes profondes de la violence en bande organisée et à prendre des mesures concrètes pour lutter contre la violence des gangs armés. Il est souligné que chaque effort déployé en faveur de la prévention de la violence à l’égard des femmes est un pas en avant vers un monde plus sûr, plus égalitaire et plus prospère.

Enfin, cette annonce met en lumière les défis auxquels Haïti fait face en raison de la montée en puissance des gangs armés et de l’afflux concomitant de personnes déplacées internes, parmi lesquelles des femmes et des filles, contraintes de quitter leurs foyers pour fuir la violence des gangs.

Rodney Zulmé

Publishing Team

https://telemix.tv/

0 Reviews

Write a Review

Related post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *